top of page

Jean BOULVERT, Docteur en Acoustique, Entrepreneur.


Merci beaucoup d'avoir accepté l'interview.


Pouvez-vous retracer votre parcours qui vous a conduit à entreprendre une thèse ?

Au cours de mon parcours d'ingénieur en génie mécanique à l'INSA Lyon, j'ai eu l'occasion d'effectuer un stage de six mois au sein d'Autoneum, un leader dans la fabrication de composants automobiles spécialisés dans l'acoustique et la thermique. Mon stage s'est déroulé au siège de l'entreprise, où se déroulent les recherches. C'est là que j'ai eu la chance d'être encadré par un docteur en acoustique, dont la passion pour son domaine m'a profondément inspiré.


Pourriez-vous expliquer ce qui vous a incité à réaliser une thèse ?

Lors de mon stage chez Autoneum, j'ai été conquis par l'approche des problèmes adoptée par les docteurs. Bien que complémentaires, je me suis senti davantage en phase avec cette approche qu'avec celle des ingénieurs. J'ai toujours aimé explorer des pistes inédites pour résoudre des problèmes, prendre le temps d'explorer des domaines inconnus, comprendre en profondeur les phénomènes physiques, et aller au bout des choses. J’ai donc prolongé mon parcours académique par une thèse car je me projetais plus facilement dans le quotidien d’un docteur en entreprise que dans celui d’un ingénieur.


Quel est votre poste actuel et comment votre doctorat vous est-il utile au quotidien ?

Aujourd'hui, je suis sur le point de fonder une entreprise ayant pour mission de développer des produits innovants pour la réduction du bruit, tout en veillant à ce qu'ils soient plus abordables et respectueux de l'environnement que les solutions existantes.

Mon doctorat, qui a porté sur le développement de nouveaux matériaux pour atténuer le bruit des réacteurs d'avions, est une ressource précieuse pour concrétiser cette mission. Mon quotidien professionnel s'appuie fortement sur les expertises scientifique et technique que j'ai développées au cours de mon école d’ingénieur et de ma thèse. Toutefois, il est important de noter que la thèse ne fournit pas seulement des connaissances spécialisées dans un domaine. Elle offre également des compétences très puissantes pour aborder des problèmes complexes, souvent à l'aide d'outils qui n'existent pas encore. Cette capacité à résoudre des problèmes peut être appliquée non seulement aux domaines scientifiques, mais aussi à des domaines tels que la gestion, la communication, l'économie, et bien d'autres encore.


Avez-vous des conseils à donner à un étudiant ou une étudiante désireux(se) de se lancer dans une thèse ?

Selon mon expérience, une thèse est une aventure intellectuelle à la fois solitaire et collaborative. Il est donc essentiel d'être prêt mentalement à relever les défis propres à un travail en solitaire, tout en étant ouvert à la collaboration avec des collègues et à la recherche de solutions auprès d'autres experts. De plus, aimer les défis qui durent dans le temps et trouver du plaisir dans la découverte de solutions nouvelles sont des qualités cruciales pour réussir dans une thèse. Être bien entouré en dehors du laboratoire de recherche et pratiquer une activité (artistique, sociale…) est aussi particulièrement important pour maintenir une bonne santé mentale.


Mots-clés :

Comments


bottom of page