Tristan GARREC, CTO & Cofondateur de Bifröst




LinkedIn, Theses.fr

Merci d'avoir accepté l'interview


Quel parcours t'a amené à faire une thèse ?

J'ai un parcours relativement classique. J'ai longtemps eu envie d'être chercheur en mathématiques. Après une classe préparatoire en filière maths-physique au Lycée Henri IV, j'ai intégré l'ENSTA Paris où j'ai suivi le cursus de mathématiques appliquées. C'est là que j'ai découvert l'optimisation mathématiques qui m'a beaucoup plu tant pour ses aspects théoriques qu'applicatifs. C'est pourquoi en parallèle de ma troisième année d'école d'ingénieur j'ai suivi le master Optimisation, Jeux et Dynamiques de l'Ecole Polytechnique et de l'Université Pierre-et-Marie-Curie. C'est suite à ce master que je me suis dirigé vers la théorie des jeux. J'ai réalisé ma thèse dans le département de mathématiques d'aide à la décision de l'Ecole d'Economie de Toulouse, sous la direction de Jérôme Renault. J'ai travaillé sur les jeux dynamiques, et en particulier des modèles de jeux stochastiques, de recherche-dissimulation et de transmission d'information. C'est à l'issue de ces travaux que j'ai obtenu le prix de thèse du Programme Gaspard Monge pour l'Optimisation.


Aujourd'hui tu as quitté la recherche académique pour fonder une startup, peux-tu nous en dire plus ?

À la suite de ma thèse, j'ai eu envie de me rapprocher de problématiques industrielles, et j'ai choisi de faire un postdoc chez EDF et à l'ENS Paris-Saclay où j'ai travaillé entre autre sur l'apprentissage automatique dans les enchères répétées avec applications aux réseaux électriques intelligents. Pendant mon postdoc, j'ai été contacté par le programme entrepreneurial Entrepreneur First, qui m'a convaincu de les rejoindre pour tenter l'expérience entrepreneuriale. C'est dans ce cadre que j'ai co-fondé Bifröst, dont la mission est d'accompagner tous les acteurs de la réassurance, assureurs, courtiers, et réassureurs, dans le processus de renouvellement des contrats de réassurance. Bifröst digitalise tout ce processus et utilise l'aide à la décision pour augmenter les capacités des utilisateurs tout en les laissant aux commandes.


Cela signifie-t-il que tu a abandonné la recherche ?

Bifröst est une startup à vocation technique, une insurtech. La R&D est donc au cœur de notre savoir faire. C'est d'ailleurs mon travail en tant que chercheur et le savoir faire que j'ai acquis qui m'ont permis de lancer cette entreprise. Aujourd'hui de continue donc à travailler sur des sujets de pointe en mathématiques appliquées, particulièrement en intelligence artificielle, mais en gardant toujours en tête un objectif industriel. Je n'ai d'ailleurs pas perdu le lien avec la recherche académique car je collabore dans le cadre de Bifröst avec des chercheurs universitaires.


Quelle est la suite pour toi ?

Continuer à développer Bifröst, en proposant des fonctionnalités toujours plus innovantes à nos clients, sans perdre de vue les spécificités de leur métier. Nous avons réalisé une levée de fond d'un million d'euros et continuons à agrandir nos équipes, en particulier l'équipe tech. J'invite les personnes intéressées à consulter nos offres d'emploi pour des postes d'ingénieur logiciel ou de docteur-ingénieur en optimisation et intelligence artificielle.